Comme la ministre devait se pointer, ils ont voulu faire les choses bien. Les institutions étatiques restent des appareils relativement engoncés et leur force de frappe néante face aux multinationales de la construction. Une baraque de chantier qui se retrouve là, on sait pas trop pourquoi, mais ça fait toujours plaisir de contruire face au ballet des pelleteuses. Trois semaines plus tard, ils sollicitent un rendez vous pour préciser l’emplacement de la future guitoune...tu vois le niveau.

centre des mémoires, acte deux. Mai 2013, encore de nos jours, Nancy, France.