Un poil plus que les cabines japonaises, juste de quoi s’abriter et se déplier à l’aise. Un peu moins et l’humain disparaît.

 

 

Pou. Mars 2012, encore de nos jours, Nancy, France.